FR EN DE

Les Codex

Léonard de Vinci utilise ses carnets comme un Smartphone, dans lesquels il notait toutes ses idées et toutes ses observations.

Il fait don de ses carnets à Francesco Melzi, son élève, pour qu’il les publie. Il ne le fera jamais et les carnets sont dispersés. Certaines feuilles sont rassemblées, découpées, recollées, et regroupées par thématique et collés sur de grandes feuilles. Ce sont ces patchwork qui sont appelés Codex.

Il n’existe pas un Codex, mais de nombreux Codex. La Tour-Forteresse donne un éclairage nouveau à la lecture des codex. Aujourd’hui l’exploration limitée que nous avons pu en avoir, nous permet d’identifier nettement un feuillet qui concerne la Tour-Forteresse.

Le plus troublant est bien sur le Codex Madrid II.

Codex Madrid II :

L’un des deux Codex redécouvert récemment dans les rayons de la bibliothèque nationale de Madrid en 1965. Madrid I (1490 et 1496) comprend principalement des études de mécanique. Madrid II (1503 et 1505) est consacré aux études de géométrie.

C’est dans le Codex Madrid II, notamment dans le feuillet c. 37r, que l’on trouve des plans qui ressemblent de façon troublante au plan de la Tour-Forteresse.

 

Détail – Visualisation Augmentée – Madrid Ms. II (BNM), c. 37r